Cordon de laine

Vous vous souvenez des atébas (j’ai appris seulement il y a 4 ans qu’on les nommait ainsi…) ? Ces mèches de cheveux entourées de laine qu’on portait quand on était petites ? Aujourd’hui, je vous propose un principe similaire pour décorer le mur d’un salon, d’une chambre ou enrichir un tissage en lui donnant relief, texture et couleurs.

Vous pouvez en voir régulièrement sur le travail de Maryanne Moodie ou Mandismoothhills par exemple et j’avais déjà exploré la technique sur de tous petits formats, toujours avec la petite touche de fluo qui me tient à coeur en ce moment, en trouvant des rendus tous plus fous les uns que les autres.

Tout d’abord il faut trouver autour de quoi enrouler sa laine ou ses fils coton.

Mon choix se porte sur les brins d’une cordelette défaite. J’aime beaucoup le rendu ondulé que garde la fibre une fois déroulée.

1 – Nouez un brin de laine, de la couleur de votre choix (ici laine noire), autour de votre paquet de cordelettes. Un noeud simple fera l’affaire, puis commencez à enrouler le brin de laine tout autour des cordelettes en serrant bien.

> > Pour un meilleur rendu, je coince le bout de laine restant sous l’enroulade ( c’est le terme que j’ai inventé pour cette technique ! ) . Il deviendra invisible une fois recouvert entièrement.

2- Pour changer de couleur, faites de nouveau un noeud simple que vous bloquerez en enroulant le nouveau brin.

Vous pouvez, comme pour le jersey en tricot, laisser courir l’ancien brin sous votre enroulade. Cela permet de récupérer la couleur plus tard sans avoir à faire de nouveau noeud. Au fur et à mesure, vous pouvez laissez courir plusieurs brins des différentes fibres choisies sous l’enroulade que vous récupèrerez au besoin.

> > Pensez à bien serrer votre enroulade pour ne pas laisser paraitre les brins d’en dessous.

> > Si la méthode est compliquée, coupez à chaque fois la fibre une fois l’enroulade finie puis nouez votre nouveau brin en recouvrant le bout restant de l’ancienne fibre. Recommencez à chaque nouvelle fibre.
A vous de voir ce qui vous met le plus à l’aise !

3- Continuez en alternant, les fibres, les couleurs, les textures. Pensez, toujours, à bien tasser votre enroulade et a bien la serrer. C’est le secret pour que votre ver de laine tienne bien lorsque vous le manipulerez.

4- Une fois la taille du cordon de laine souhaitée atteinte, faites un dernier noeud et rentrez, à l’aide d’une aiguille, le bout du brin restant sous quelques rangs d’enroulade pour le dissimuler. Coupez au raz.

Votre cordon est prêt !

tissage/ deer jane

cordon laine by DeerJane

Il ne reste plus qu’à laisser le cordon tel quel sur un mur, enrouler sur lui-même pour écrire un mot ou le coudre sur un tissage. A vous de choisir !

Sur ce YOLO !

YOLO by deerjane

Un métier à tisser en carton

Envie de se mettre au tissage contemporain ? Pas de souci, aucun besoin d’investissement excessif pour débuter, un carton fera l’affaire pour servir de métier et les restes de laine permettront de s’entraîner…

cardboard loom by DeerJane

Dans mon panier:
– un bout de carton
– des ciseaux
– une règle
– du masking tape

1- Tout d’abord, découper le carton aux dimensions souhaitées. Ne le faites pas trop grand, le carton ne sera pas assez rigide pour subir la tension des fils.

handmade weaving loom by DeerJane

2- Mettre du making tape sur les bords, cela rendra plus solide les encoches une fois découpées.

fabrication métier à tisser en carton/ DeerJane

3- A l’aide d’une règle et d’un crayon à papier, noter tous les centimètres puis découper les encoches.

>> Pensez bien à faire un nombre pair, cela facilitera le tissage pour nouer les fils de chaîne deux par deux à la fin.
Fil de chaîne ? Un coup d’oeil sur le vocabulaire du tissage et le tour est joué.

>> Si comme moi vous ne savez pas compter, lorsque vous montez le fil de chaîne sur votre métier en carton, faites attention à ne monter qu’un nombre pair.

Métier en carton/ DeerJane
cardboard loom/ DeerJane

Votre métier d’essai est prêt, il ne reste plus qu’à tisser !

 fabrication métier à tisser by DeerJane

Avec un point de base et un simple carton, vous pourrez déjà faire de très belles choses.

|Technique Tissage | Tisser sans métier

Au-delà de la simple décoration, le tissage peut aussi être pratiqué sous forme d’installation se rapprochant d’une forme d’art contemporain. Il y a des tisseuses très inspirantes. Je vous invite à voir le travail de Meghan Shimek qui ne se contente pas de tisser en grand, mais fabrique d’énormes tissages qui donnent envie de s’insérer dedans. Même si cette technique est différente c’est elle qui m’a inspirée ce pas à pas de tissage effectué sans métier à tisser.

Tisser sans métier peut s’avérer parfois pratique.
Il s’agit d’une méthode très simple, nécessitant le minimum de matériel qui conviendra à tout débutant.

matériel tisser sans métier

Dans mon panier:
– une baguette de bois
– de la laine mèche *
– des ciseaux

* Il est possible de le réaliser avec de la laine plus fine mais dans ce cas, autant le faire avec un métier à tisser. Cette technique fonctionne surtout avec de gros fils.

La recette:

1- Couper les brins de laine de la même longueur. Pour ma part, j’ai utilisé 16 brins couleur ivoire et 2 brins gris.

DeerJane

2- Nouer chaque brin côte à côte sur le support en bois. Il faut faire une boucle, passer les extrémités du brin à l’intérieur et resserrer le noeud avec les doigts. Votre chaîne est ainsi montée.

monter la chaîne by DeerJane

3- Voici le moment du tissage. Nous allons utiliser le point de base, le point le plus simple du tissage. Pour cela, il suffit de lever un brin sur deux – par exemple tous les brins pairs – puis de passer le fil de trame sur la largeur du tissage. Un petit rappel du vocabulaire ici.

Tisser sans métier by DeerJane

4- Rabaisser les brins levés sur le fil de trame, puis relever un brin sur deux en contrariant le travail précédent. Si vous avez levé les brins pairs, il faudra lever les brins impairs. De nouveau, passer le fil de trame sur la largeur du tissage et rabaisser les brins levés.

no loom weaving/ DeerJane

5- Continuer ainsi jusqu’à obtenir la longueur souhaitée.

Tisser sans métier/ DeerJane

6- Une fois le tissage fini, rajouter des franges pour obtenir un effet plus dense sur la partie basse. Il faut nouer le brin qui servira de frange autour de deux brins de fil de chaîne. Comme précédemment, il faut faire une boucle et glisser à l’intérieur les deux extrémités du brin de frange. Pour que le tissage ne bouge pas, nouer ensuite les deux brins de trame ensemble pour bloquer le noeud.

Nouer les franges/ DeerJane

7- Retourner le tissage, à l’aide de vos doigts rentrer les fils dans l’ouvrage de manière horizontale.

rentrer les fils/ DeerJane

Votre premier tissage sans métier est prêt.

weaving by DeerJane

Plutôt facile à réaliser pour un très beau rendu !

|Technique Tissage | Le point bouclé – loops

La bouclette. Rien de tel pour donner volume et relief à un tissage. Le point semble fastidieux mais il est très simple à réaliser. Vraiment.

loop by DeerJane

Rang après rang les loops (petites bouclettes) prennent forme et le volume se crée.

Round1 loops by DeerJane

1. Passer le fil de trame, en point de base, sur toute la longueur pour faire une rangée de loops.

2. Prendre un ustensile qui servira du guide. Ici, un gros crochet mais cela peut être une aiguille à tricoter, un bout de bois, des baguettes… Tout ce qui est rond et long fera l’affaire.

3. & 4. Avec les doigts tirer délicatement sur le fil de trame pour le soulever et passer la tige à l’intérieur comme sur l’image 4.
5. & 6. Recommencer les étapes 3. et 4. pour jusqu’au bout du rang pour obtenir une première rangée de bouclettes.

loops / DeerJane

Il faut bien faire attention à passer la tige toujours dans le même sens. Le brun de laine doit entourer la tige en serpentant autour de manière fluide.

Astuce: Il existe une technique où l’on ne bouge que la tige de haut en bas pour l’insérer dans le brun de laine mais je n’utilise jamais cette technique, je ne l’aime pas, je trouve plus simple de positionner avec ses doigts la laine. Essayez les deux méthodes et choisissez !

round2 loops by DeerJane

7. & 8. La première rangée de loops est sur la tige, avec une aiguille à laine, passer le brun, en point de base, sur la deuxième rangée.
9. Retirer délicatement la tige de la première rangée de loops et recommencer les étapes 3. à 6. jusqu’au bout pour obtenir un second rang de bouclettes.

10. Passer la laine en point de base et tasser les rangs avec un peigne.

loops by DeerJane

Astuce: L’étape 10. n’est pas nécessaire mais elle permet de solidifier la tenue des loops et faire en sorte qu’elles ne bougent plus. Régulièrement, je fais un passage en point simple pour tenir les rangs de boucles.

A partir de là, il n’y a plus qu’à continuer jusqu’à obtenir la longueur de bouclettes désirée.

loops by DeerJane

loops by DeerJane

loops / DeerJane

Astuce: La taille des loops varient selon l’épaisseur de la tige. De manière logique, une tige fine donne de petites boucles, une tige épaisse crée des boucles plus grosses.

Astuce: Ici, je n’utilise qu’un brun de laine, mais il est possible de faire des bouclettes avec plusieurs bruns en même temps, le rendu sera plus touffu. Vous pouvez varier la taille et la matière des bruns !

Weaving by DeerJane

Pas si difficile ! Si vous utilisez cette méthode, n’hésitez pas à me montrer le résultat.

1 2