Tisser dans un cadre: Le tissage éclair

Pourquoi ne pas tisser dans des cadres plus fous les uns que les autres ? Bon… Allez ! Et pourquoi pas ?

Depuis quelques temps, j’ai envie de tisser dans des cadres, et puis, d’autres l’ont fait et de manière très réussie – je pense entre autre à Julie ou encore à Chrys . Alors, comme souvent quand ça arrive, j’ai besoin de laisser passer un peu de temps pour mieux m’approprier l’idée de nouveau.

– Maman, et si tu faisais la marque d’Harry Potter !

L’avantage de la découpe laser c’est que je peux créer mes propres outils. Imaginer des prototypes et tester des choses comme ça pour voir. Le plaisir de chercher, d’essayer, de voir si une image mentale peut devenir réalité. #SherlockduTissage

Les idées bouillonnent et rares sont les moments où je peux les mettre en place, alors quand l’occasion se présente…

deer jane tissage découpe laser tissage poétique

Le choix du matériau s’est porté sur le plexi assez naturellement puisque c’est celui que j’avais avec moi ce jour-là pour mes tests. 🙂

Au-delà de ça, l’idée que le cadre puisse s’effacer pour ne laisser apparaître que le tissage me plaisait bien. Il ne reste ainsi plus que la forme tissée.

tissage eclair deer jane tissage contemporain

Le cadre sert de fondation pour la forme, il est structurant mais sait se faire oublier, il disparaît. Parfois on le devine, on le perçoit avec certains reflets mais il reste discret.

lightning weaving by deer jane weaver

tissage eclair deerjane/ lightning weaving

Tissage & Family

Aujourd’hui, j’ai envie de rendre hommage à ma famille et particulièrement à ma mère. Celle qui est toujours présente, toujours prête à appendre des choses et partager tout son savoir-faire. J’ai souvent écrit que j’avais appris seule à tisser en suivant des vidéos au tout début puis en me documentant à travers des manuels anglais de tissage. C’est vrai. J’aime découvrir seule, faire des erreurs, acquérir des bases en faisant mon propre cheminement pour ensuite pouvoir échanger et progresser avec de nouveaux conseils.
Mais cette passion qui m’obsède, son côté viscéral, m’entoure depuis toute petite.

Elle ne vient pas de moi mais de ma mère. C’est elle qui tissait et avant elle, sa grand-mère. J’ai donc voulu partager, non pas mon engouement mais vous présenter d’où vient cet attachement à ce procédé ancestral qui fait son grand retour depuis quelques temps en France.

Grand saut dans le passé, que vous aviez peut-être aperçu sur instagram. Il s’agit d’une des rares photos que nous avons de mon arrière-grand-mère hollandaise, en train de tisser. Ce grand et beau métier me laisse songeuse… Sublime. Elle est belle, n’est-ce pas ? Droite sur son tabouret, les mains à l’ouvrage sur le métier. Quelle belle surprise de découvrir cette photo. Je ne la connais pas, mais cette archive me touche profondément.

weaver oma/ DeerJane

Je ne connais pas son travail, peut être qu’il est aux Pays Bas où chez ma grand-mère. Je ne l’ai jamais vu. Mais ça me rend curieuse.

Autre génération de tisseuse, autre technique plus proche de la mienne, autre souvenir en retrouvant un des tissages de ma mère que j’avais déjà évoqué ici.

Une petite séance photo improvisée dans le jardin plus tard et voici le résultat entre fleurs de cerisier et verdure printanière.

Weaving mum by DeerJane

cherryblossom by DeerJane

J’ai choisi de présenter celui que j’aime le plus: grand dans des tons neutres.

Maman tisseuse by DeerJane

et quelques zooms:

Le détail des franges est magnifique entre noeuds et tresses.

weavingmum by DeerJane

Tissage détail frange/ DeerJane

zoom weaving/ DeerJane

détail/ DeerJane

weaving fringe by DeerJane

Des générations de tisseuses dont je suis fière qui rendent ma passion plus intime, plus forte et me pousse à continuer, développer mes techniques, et augmente l’envie de transmettre.

Je mets une certaine douceur, une tendresse dans chacun de mes tissages, car à travers mes mains, c’est tout l’amour que j’ai pour ma mère que je transpose.

*******

Allez, en bonus, je mets une photo de ma fille, il y a un an, qui testait le tissage.
Evidemment, je l’ai BEAUCOUP aidée !

weaving kid by DeerJane

|Technique tissage| Le point de base – Tabby stitch

plain weave/ DeerJane

Cela fait bien longtemps que je pense à faire un tuto de tissage complet, du montage aux finitions. Mais, ces derniers temps, on en trouve un peu partout, je viens de mener mon enquête et ce n’est donc peut-être pas le plus utile. Si cela reste une de vos attentes, n’hésitez pas à me le dire !
Pour le moment, tel un répertoire, je préfère détailler des points, des techniques différentes pour rendre autonomes celles et ceux devenus accros au tissage. Il n’existe pas de base en français sur le net qui regroupe les informations dont on peut avoir besoin pour commencer mais aussi évoluer dans sa pratique. La mienne n’est pas parfaite, elle est toujours en train de s’affiner, mais l’envie de partager est là et je suis bien évidement preneuse de questions, demandes particulières mais aussi des corrections que vous pourriez avoir envie de faire dans certaines de mes explications.

Aparté fait, voici une explication en photo pour effectuer le point le plus simple, le point de base (tabby stitch).

Il faut au préalable avoir monté sa chaîne sur le métier. Si ces mots sont farfelus, jetez un oeil sur l’anatomie du métier à tisser.

Il s’agit d’un algorithme simple 1/1.

Plain weave/DeerJane

– Débuter en passant simplement le brin de laine une fois au dessus du fil de chaîne puis une fois en dessous, ainsi de suite jusqu’à effectuer un rang complet.

weaving class-plainweave by DeerJane

"Technique

– Une fois au bout du métier on fait demi-tour avec son brin de laine pour effectuer le deuxième rang.

– Le second rang se fait en inversant le dessus-dessous par rapport au rang du dessus. Si vous êtes passé au dessus la première fois, alors vous passez en dessous cette fois-ci… jusqu’au bout.

"Weaving

– A chaque rang, il faut toujours tasser la trame avec un peigne ou à défaut avec ses doigts.

– Il n’y a plus qu’à effectuer le nombre de rangs de votre choix pour obtenir la longueur souhaitée.

loop10

loop11

astuce >> Avec ce point, il y a une technique simple pour aller plus vite. Sans peigne envergueur central, il suffit, en suivant l’algorithme de 1/1, de glisser une baguette plate (j’utilise une de mes navettes ou pourquoi pas une règle de bricolage…) puis de la redresser et là un tunnel bien pratique se crée pour glisser notre brin de laine rapidement.

astuce point de base/ DeerJane

Voici le rendu après plusieurs rangs. Si on serre chaque rang, le fil de chaîne n’apparait plus, mais cela peut être un choix esthétique de ne pas trop serrer et de rendre apparente la chaîne. A chacun de voir !

loop12

plaine weave/ DeerJane

>>>>>>> Le prochain cours, je vous montre comment faire de bouclettes pour apporter texture et volume au tissage.

loop-aperçu

Mes tissages zen

J’en avais déjà parlé brièvement avec ma suspension tissée et je les montre très souvent sur instagram mais je me rends compte que je n’en parle pas ici.
Mais quoi donc ? Mes tissages.

Je tisse depuis plus d’un an. A la maison, c’est ma mère qui tissait et c’est mon père qui fabriquait ses métiers à tisser. Plutôt sophistiqués d’ailleurs, avec des pédales pour faire monter et descendre les fils de chaîne. Avec les années qui passent, je m’aperçois que de mes parents, j’ai absorbé beaucoup de passions, un genre d’héritage en quelque sorte, dont le tissage.
Par contre, mes rendus n’ont rien à voir avec ce que faisait ma mère dans son style beaucoup plus “hippy berbère” (Un peu comme des tapis muraux, crème, noir et marron assez seventies dans leur côté moumoute parfois).

C’est le concept du tissage moderne, apparu il y a quelques temps, qui m’a fait tilt justement.
J’ai commencé tout simplement avec un carton ne sachant pas si cela me plairait ou pas, puis très vite j’ai investi dans un petit métier, puis un plus grand et aujourd’hui, j’essaye de m’en faire un très grand, pour tenter un tissage géant, peut-être une tête de lit !

Finalement, je me rends compte que je tisse presque tous les jours. Je ne montre pas tout, je cherche, j’essaie et petit à petit mes envies s’affinent. Pour le moment, j’aime beaucoup avoir un rendu épuré, quasi tout blanc, avoir un aspect de coton, de cocon. Quand je tisse, j’ai souvent l’impression de méditer. C’est lent, c’est long, c’est calme. Je le rapproche souvent du yoga (autre intérêt que j’ai hérité de ma mère).

Cela fait déjà un bout de temps que l’idée me trottait en tête mais je n’osais pas franchir le pas. Je trouve ça toujours assez effrayant et reste admirative de ceux qui passent le cap et osent exposer et quelque part se dévoiler.

Puis l’idée, petit à petit à fait son chemin, j’ai été beaucoup soutenu autour de moi, du coup, il y a peu j’ai décidé d’ouvrir une boutique Etsy: ShopDeerJane.

Des tissages tout doux qui se ressemblent tous un peu, une petite famille de tissages neutres et épurés. Des petits cocons zen à installer chez soi pour habiller un mur et adoucir l’ambiance.

Weaving by Deerjane/ Shop etsy: https://www.etsy.com/fr/shop/ShopDeerJane

10 petits tissages à prix doux et 2 moyens à découvrir plus précisément dans la boutique.
Des plus grands arriveront prochainement !

************

Je rajoute 2 chouettes infos autour de mes tissages:

Avis aux nantais
La boutique a tout juste quelques jours et elle vient de rejoindre la Team Etsy Nantes ( facebookblog ) qui organise le 6 juin, la journée KALEIDOSCOPE à Nantes.

Pour vous donner un aperçu de la team nantaise, je vous ai préparé une petite sélection Kaleidoscope Zen pour l’occasion !! Y’a des petites pépites chez les nantais !

selection-kaleidoscope

1./ 2./ 3./ 4./ 5./ 6./ 7./ 8./ 9./ 10./

Avis aux rennais
Je serai présente aux “Journées du Fait Main” à Rennes le 6 et 7 juin où vous pourrez me retrouver en compagnie de mes tissages. Ce sera l’occasion de faire connaissance et de papoter, en plus je serai bien entourée avec mes copains les Omega qui font de la sérigrapahie et des kokedamas.

Un jour, il faudra aussi que je vous parle de mes céramiques… un jour.

1 2