Boule de bois, plante et suspension

Cette belle tillandsia boule dans les mains, je cherchais une idée simple pour la suspendre devant la baie vitrée pour une séance photo “tissage”.
Quelques boules en bois, de la corde de chanvre, une séance de motricité fine plus tard et voilà une jolie suspension qui n’est pas sans rappeler les décos scandinaves qu’on voit partout, pas toujours ma tasse de thé – pour le côté épuré, je suis plus une “petite madame bazar ordonné” – mais certains éléments font toujours effet: les boules de bois enfilées sur une corde fonctionnent toujours en déco. J’aime beaucoup l’alliance du bois, des plantes et des matières naturelles.

matériel suspension tillandsia/ DeerJane

Les images parlent d’elles-mêmes, le texte parait presque superflu.

La recette:
1- Enfiler les boule de bois aléatoirement sur la corde en chanvre.
2- Nouer les extrémités et accrocher votre suspension directement à la plante.

Astuce: Vous pouvez accrocher un fil de fer à une extrémité pour mieux attraper la plante et la retirer aisément pour son bain hebdomadaire.

Astuce: Pour que la seconde extrémité ne se défasse pas, enroulez la corde dans la première boule pour la fixer.

Astuce: Faites une boucle sur la seconde extrémité et glissez le bout de corde restant dans les deux premières boules. Il sera alors invisible et vous pourrez accrocher votre suspension facilement

Contre un mur ou devant une fenêtre, le bois et la plante se mêlent parfaitement pour donner une jolie suspension.

Le tissage nuage de pluie

La nuit, les rêves, s’endormir, les peurs, la couette, les doudous, les histoires… Bien au chaud, emmitouflé, quoi de mieux qu’un petit objet pour aider à adoucir les nuits agitées.
Un bout de poésie, un soupçon d’idée, quelques chutes de laine, voici un doux mobile, facile à faire, inspiré du tissage, entre le dreamcatcheur et la tapisserie murale.

Un bijou de mur pour accompagner les rêves.

presentation

Dans mon panier:
– un petit métier à tisser (ou un carton)
– du fil de coton
– de la grosse laine
– des ciseaux
– du papier canson
– du fil argenté
– une bombe de peinture cuivrée
– des aiguilles

matos
assiette céramique / handmade DeerJane

Première étape: le tissage nuage

Tout d’abord, il faut monter le fil de chaîne sur le métier à tisser. Vous pouvez retrouver deux méthodes ici.

chaine

Pour cette fois, j’ai choisi de doubler le fil dans les encoches.

Pour que le tissage tienne, il est préférable de tisser un brin de laine au départ, pour maintenir la chaîne correctement.
( Pour le vocabulaire, vous pouvez lire ou relire l’anatomie d’un métier à tisser)

trame1

trame2

1. & 2. Une fois la laine tissée sur quelques rangées (1.), prendre de la grosse laine ou de la laine mèche et faire des boucles (2.) en passant de temps en temps sous un fil de chaîne pour la maintenir.

[ holala ! je n’ai pas mis de 3.]

trame3

4. Continuer en enroulant grossièrement la laine de manière aléatoire pour constituer petit à petit le corps du nuage.

>> Plus vous passez par dessus, par dessous la laine déjà tissée, plus vous aurez de matière pour votre nuage. N’hésitez pas à emmener votre laine dans tous le sens.

5. Terminer par quelques rangés de laine pour bien maintenir le tissage lorsqu’il sera retiré du métier.

Une fois le nuage constitué, il faut couper les fils de chaîne et les nouer sous le nuage, deux par deux.

coupe

Vous pouvez décider d’arrêter là, en laissant pendre les fils de chaîne vous avez déjà un effet de pluie.

weaving by DeerJane

Sinon, à l’aide d’une aiguille, vous cachez les fils derrière le tissage en les rentrant dans les “mailles” à la manière d’un tricot.

fil

Les fils ne doivent plus dépasser du nuage.

Deuxième étape: Les gouttes de pluie cuivrées

decoupe

5. Prendre des feuilles de papier canson pas trop fines et les bomber avec une peinture cuivrée. Laisser sécher.
>> Avec un bombe, le résultat sera plus net qu’avec un pinceau.

6. Coller dos à dos les feuilles cuivrées et découper avec des ciseaux, les gouttes de pluie.

goutte

7. Prévoir le nombre de gouttes souhaité et faire plusieurs essais pour les installer.
8. Coller le fil argenté entre les deux feuilles cuivrées puis coudre, avec la longueur désirée, chaque goutte au tissage.

Enfin, pour tenir le tissage nuage sur un clou, enlever le tissage du métier et passer une baguette en bois à l’intérieur des boucles en haut du tissage.

bois

Il n’y a plus qu’à le poser sur un mur. La baguette reposera directement sur le clou.

fin

Dans l’idéal, j’aurais aimé mettre des miroirs en forme de goutte , ou des jolies gouttes en bois… Mais le petit côté cuivré rend très bien aussi.

Le coussin tissé

Le coussin. Dur ou mou, cet élément roudoudou bien pratique, voir essentiel, pour se mouler dans un lit ou un canapé. Des tonnes de coussins. Partout. J’adore ça ! Le confort moelleux qui donne envie de se poser.
Voilà déjà plusieurs mois que j’avais cette idée en tête, il ne me manquait que le temps pour pouvoir la réaliser. Le temps de tisser, le temps de coudre… Plusieurs étapes que j’ai eu du mal à caser dans mon emploi du temps.

Comme je le disais ici, en ce moment, j’aime beaucoup fabriquer divers objets avec les tissages. La dernière fois, un sautoir tissé, cette fois j’ai eu envie de lui redonner sa fonction de “tissu” et d’en faire un coussin pour mon canapé.

Plusieurs étapes pour obtenir l’objet final. Un tissage sur métier à tisser, puis de la couture.
J’y suis allée à tâtons, c’est mon premier et maintenant que je vois comment faire je vais pouvoir en réaliser d’autres. Pour ce premier, j’ai préféré faire un tissage simple en trapilho plutôt qu’en laine, pour retrouver un aspect “tissu”, les motifs sont simples aussi.
A vrai dire, j’ai été un peu frileuse, ne sachant pas trop où j’allais et n’ayant rien pour m’aiguiller, je n’ai pas voulu faire quelque chose de complexe pour le détruire si la couture ne se passait pas comme je le souhaitais.

coussin-DeerJane

Dans mon panier:
– Un bout de tissu de votre choix
– du trapilho
– de la bourre
– nécéssaire de couture
– un métier à tisser
– du fil de coton

Ce coussin demande plusieurs manipulations – tissage et couture.

La recette:
Première étape le tissage:
– Monter le fil de coton sur le métier à tisser.
– Tisser le trapilho: un coup au dessus, un coup en dessous, jusqu’au bout de la ligne. Pour le retour, faire l’inverse; un coup dessous, un coup dessus et ainsi de suite.
– Penser à bien tasser le trapilho avec un peigne.
– Une fois le tissage fini, l’enlever du métier sans rentrer les fils (une fois cousu, tout sera à l’intérieur du coussin).
Deuxième étape le coussin:
– Découper un bout de tissu de la taille du tissage.
– Mettre l’endroit contre endroit et coudre les côtés en laissant un ouverture pour rentrer la bourre.
– Bourrer le coussin.
– Fermer le coussin avec une couture invisible.

Quelques photos des étapes:

tissage/ DeerJane

coussin-DeerJane-DIY

coté coussin

Et voilà le coussin fini:

Cushion/ Weaving by DeerJane

C’est assez simple à réaliser, un peu long selon le tissage à préparer mais le résultat en vaut la peine. Pour la couture, un point de base pour faire le tour du coussin et préparer la “poche” à garnir de bourre et le tour est joué. Pas de difficulté particulière. Je tente le prochain avec un tissage laine…  Affaire à suivre.

Plusieurs possibilité pour la suite, perles, franges, breloques, laine… Déjà plein d’idées en tête !

Un coussin bi-goût/ bi-matière pour les humeurs changeantes !
Weaving cushion by DeerJane