Celui qui voit

L’œil qui voit, qui te regarde et qui observe. Celui qui lit, pense et réfléchit. L’œil plein de joie ou vide d’ennui. L’œil qui pleure, lasse, fatigué, celui qui vieillit. Déprimé. L’œil qui rit, brille, rempli d’envies. De vie. L’œil qui aime et qui materne. L’oeil qui donne. L’œil qui s’amuse, qui imagine et crée. L’œil qui explore, voyage et apprend. Celui qui sait, juge. Celui qui se ferme et oubli. L’œil apaisé. Je suis l’œil. 👁

Je crois qu’il est tout cela à la fois. 

eye weaving by DeerJane

C’est une idée qui a pu naître au fur et à mesure de mes expériences de découpe laser. Cela me laisse une grande marge de folie pour créer des cadres à tisser originaux.

Pour faire plaisir à ma fille, j’avais déjà exploré l’éclair que vous pouvez revoir ici .


Cette fois, j’ai eu envie d’aborder l’objet comme un talisman. Un gri-gri qui nous suit.
L’oeil est vecteur de beaucoup de thèmes dans la culture générale et chacun peut y voir ce qu’il a envie. Il peut même avoir ce petit côté effrayant, de celui qui surveille ou espionne, et nous mettre mal à l’aise.

L’oeil et l’âme, l’oeil miroir. L’oeil au travers duquel on se voit.

Avec cet oeil sur les murs de sa maison, c’est le “chez soi” qui prend vie. Devenue entitée organique, elle observe nos passages, nos instants de vies et imprime les souvenirs dans ses fondations.
La maison nous accompagne comme un refuge, un lieu de quiétude, elle nous suit, elle nous voit.

texture tissage oeil | DeerJane

J’aime beaucoup le rendu des cils et de la densité de la fibre de coton qui se défait petit à petit. Il y a quelque chose de doux et organique à la regarder évoluer au fil du temps.

oeil tissé par DeerJane

Il me captive. 👁
Je lui trouve un côté hypnotique. .
Le résultat me plaît vraiment. 
La folie de ses cils, l’étrangeté de son iris qui donne vraiment ce petit sentiment transperçant de nous regarder, de nous observer… de nous voir.

détail tissage oeil/ DeerJane

iris et pupille - tissage | DeerJane

|Technique tissage | la technique du calmar

En retravaillant le site, je suis tombée par hasard sur cet article que j’avais oublié d’éditer. C’est l’occasion avant de changer d’année, il date d’août 2015 et faisait part d’une technique facile à mettre en place pour donner du relief à son tissage.
Back to the futur…

 

J’aime beaucoup essayer de nouvelles choses, je teste, je rate, ou le résultat ne donne pas quelque chose que j’apprécie. Ce n’est pas grave, je partage aussi sur instagram des essais, des tissages que je ne finis pas car ils ne m’inspirent plus en cours de route, sans le signaler, c’est amusant de voir parfois qu’ils sont quand même aimés. Puis, parfois, le résultat est plus heureux

Il y a une technique que j’aime beaucoup pour sa texture. Une technique simple et efficace pour apporter du relief: la technique du calmar.

Pour la petite histoire, je roule mes franges lorsque je tisse pour ne pas m’emmêler dedans. Souvent, en faisant cela, j’ai eu envie de les laisser telles quelles. Mais je défaisais mon rouleau puisque l’idée de base était autre, toujours en me disant qu’un jour, je laisserai mes rouleaux de calmar sans y toucher.

Calmar ?! Mais si voyons ! Vous ne trouvez pas que ça ressemble un peu à des calmars, un encornet ou autre seiche ? Voilà pourquoi je l’appelle ainsi, même si on m’a fait remarquer que ça ressemblait à des cornes de licorne. Moins glamour, certes. 🙂

La recette:
– Faire des franges longues* sur son tissage.
– Rouler le “paquet” de franges. **
– Tenir la “queue” par un élastique, une ficelle ou entourer avec un brin de laine.
– Le laisser libre ou le coudre au tissage pour qu’il ne bouge pas.

* Pour réussir un joli calmar il faut prévoir des franges très longues, quitte à les couper ensuite, pour qu’elles se prennent bien dans le tourbillon et ne s’en échappent pas.

** Vous pouvez rouler, soit vers l’intérieur, soit vers l’extérieur. Essayez ! Vous verrez que l’effet et la texture du calmar change légèrement.

> Je vous conseille de rouler en serrant bien car une fois noué, le calmar se relâche un peu.
> Idée: en mêlant plusieurs couleurs dans vos franges, cela donne un effet un peu arc-en-ciel.
> Vous pouvez faire partir le calmar n’importe où sur le tissage et lui donner le sens que vous voulez. Tout est question des dispositions de vos franges.

Sur un tissage monochrome cela donne tout de suite du relief.

weaving/ DeerJane

Minimaliste et efficace.

weaving by Deerjane

> Vous pouvez “tresser” la queue, cela donne en quelques coups un autre effet de texture.

Si vous me suivez ici, vous les aviez déjà aperçus il y a quelques mois.

Cette technique existe sûrement déjà mais j’ai eu la satisfaction de la découvrir seule avec mes franges. Si quelqu’un connait le vrai nom de cette technique je serai ravie de l’apprendre.