Anatomie d’un métier à tisser

Lorsque j’ai débuté, j’ai regardé pas mal de vidéos sur youtube pour apprendre les points et d’autres choses. Plus tard, j’ai eu envie d’approfondir encore un peu. Je me suis lancée dans la lecture du livre de Rachel Hine “tapestry for beginners” et parce que j’adore son travail (comme à peu près tout le monde hein ! ) je m’étais offert le “beginner’s weaving companion” de Maryanne Moodie. Ils sont en anglais et parfois certaines choses m’ont échappée. La plupart de mes recherches aboutissent toujours à des documents en anglais et je ne trouve rien en français.

Bien sûr, vous pouvez faire votre propre chemin d’apprentissage dans le tissage, mais c’est l’occasion pour moi de rassembler les bases pour que celles et ceux qui souhaiteraient se lancer puissent avoir un lieu où chercher et trouver des solutions.

Je commence donc, tout simplement, par une leçon d’anatomie du matériel pour tisser.

Sur la photo, il s’agit d’un tout petit modèle, il en existe des plus grands, mais pour débuter, je conseille un petit métier histoire de faire son expérience. (Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans l’achat d’un métier, aussi petit soit-il, vous pouvez commencer avec “la méthode du carton”. C’est comme ça que j’ai fait mon premier tissage, après avoir vu une vidéo (toujours en anglais !), ici vous trouverez un tuto en français.)
J’aime beaucoup les petits métiers pour tester des points ou laisser mes mains vagabonder librement sur le métier à la manière de l’écriture automatique des surréalistes.

Tout d’abord, voici le matériel dont vous aurez besoin.

Anatomy of a loom/ DeerJane

Métier à tisser: Il s’agit du cadre en bois muni d’encoches (ou de clous…) pour passer le fil de chaîne qui servira de base au tissage. Il peut être dans d’autres matières, mais il faut qu’il soit rigide pour supporter la tension du fil de chaîne.

Laine: Je mets “laine”, mais on tisse ce que l’ont veut. Tissu, soie, laine, tricotin, corde, jean, tulle, coton, ruban… mais aussi écorce de bois (vous pouvez voir ici un tissage fait avec de l’écorce d’eucalyptus que j’ai fait cet été) Une matière vous plait ? Pourquoi ne pas la découper et l’insérer dans un tissage

Ciseaux: oui, c’est quand même pratique. En cas de coup dur, un coupe ongle, ou même les dents mais bon…

Navette: C’est un outil long avec des encoches aux bouts pour pouvoir enrouler la matière à tisser. C’est assez pratique et il existe différentes manières d’enrouler son fil dessus. Je vous montrerai plus tard. Les navettes ont le même intérêt que les “papillons” ou les “bobines”.

Aiguille: Une aiguille à laine, c’est parfait pour les petits motifs ou pour le travail plus fin. C’est aussi très pratique pour rentrer les fils pour avoir de belles finitions.

Peigne: En bois, en plastique… il sert à pousser le fil de trame sur le tissage pour bien le serrer.

Peigne envergeur: J’ai mis plusieurs modèles sur la photos (1-2-3) qui viennent de mes différents métiers. Cet outil sert à soulever plusieurs fils de chaîne – en général, un fil sur deux – pour simplifier le passage du fil de trame avec la navette. Il n’est pas obligatoire de les utiliser, c’est une question de préférence. C’est assez pratique quand il n’y a pas de motif. Sur la photo, vous pouvez voir en 3. juste un bout de bois que je passe par dessus par dessous. Il a la même utilité: soulever en même temps plusieurs fils de chaîne pour faciliter le passage.

Maintenant, approchons nous un peu du métier à tisser pour détailler son anatomie.

anatomy of a loom/ DeerJane

Chaîne: C’est le fil qui sert de support au tissage. Il est vertical. Le fil de chaîne se monte sur le métier à tisser, parallèles les uns aux autres.

Trame: Le fil de trame est ce qui va donner le “visuel” du tissage, il va créer les motifs et la texture de la tapisserie. C’est le fil horizontal.

Papillon: Un joli nom pour une manière toute simple de nouer son fil lorsqu’il est long. Cela facilite le passage du fil de trame entre le fil de chaîne. Les papillons ont la même utilité que les navettes ou l’aiguille à laine ou à tapisserie.

Arc-en-ciel: (ou pont) Une méthode toute simple pour garder la même tension dans le tissage et ne pas trop serrer son fil de trame au fur et à mesure.

Voilà une bonne base de vocabulaire qui servira par la suite. J’espère que cela vous a été utile !

loom by DeerJane

>>> Prochainement: les points de base.