Cordon de laine

Vous vous souvenez des atébas (j’ai appris seulement il y a 4 ans qu’on les nommait ainsi…) ? Ces mèches de cheveux entourées de laine qu’on portait quand on était petites ? Aujourd’hui, je vous propose un principe similaire pour décorer le mur d’un salon, d’une chambre ou enrichir un tissage en lui donnant relief, texture et couleurs.

Vous pouvez en voir régulièrement sur le travail de Maryanne Moodie ou Mandismoothhills par exemple et j’avais déjà exploré la technique sur de tous petits formats, toujours avec la petite touche de fluo qui me tient à coeur en ce moment, en trouvant des rendus tous plus fous les uns que les autres.

Tout d’abord il faut trouver autour de quoi enrouler sa laine ou ses fils coton.

Mon choix se porte sur les brins d’une cordelette défaite. J’aime beaucoup le rendu ondulé que garde la fibre une fois déroulée.

1 – Nouez un brin de laine, de la couleur de votre choix (ici laine noire), autour de votre paquet de cordelettes. Un noeud simple fera l’affaire, puis commencez à enrouler le brin de laine tout autour des cordelettes en serrant bien.

> > Pour un meilleur rendu, je coince le bout de laine restant sous l’enroulade ( c’est le terme que j’ai inventé pour cette technique ! ) . Il deviendra invisible une fois recouvert entièrement.

2- Pour changer de couleur, faites de nouveau un noeud simple que vous bloquerez en enroulant le nouveau brin.

Vous pouvez, comme pour le jersey en tricot, laisser courir l’ancien brin sous votre enroulade. Cela permet de récupérer la couleur plus tard sans avoir à faire de nouveau noeud. Au fur et à mesure, vous pouvez laissez courir plusieurs brins des différentes fibres choisies sous l’enroulade que vous récupèrerez au besoin.

> > Pensez à bien serrer votre enroulade pour ne pas laisser paraitre les brins d’en dessous.

> > Si la méthode est compliquée, coupez à chaque fois la fibre une fois l’enroulade finie puis nouez votre nouveau brin en recouvrant le bout restant de l’ancienne fibre. Recommencez à chaque nouvelle fibre.
A vous de voir ce qui vous met le plus à l’aise !

3- Continuez en alternant, les fibres, les couleurs, les textures. Pensez, toujours, à bien tasser votre enroulade et a bien la serrer. C’est le secret pour que votre ver de laine tienne bien lorsque vous le manipulerez.

4- Une fois la taille du cordon de laine souhaitée atteinte, faites un dernier noeud et rentrez, à l’aide d’une aiguille, le bout du brin restant sous quelques rangs d’enroulade pour le dissimuler. Coupez au raz.

Votre cordon est prêt !

tissage/ deer jane

cordon laine by DeerJane

Il ne reste plus qu’à laisser le cordon tel quel sur un mur, enrouler sur lui-même pour écrire un mot ou le coudre sur un tissage. A vous de choisir !

Sur ce YOLO !

YOLO by deerjane

Technique Tissage circulaire – Monter la chaîne

Il existe une méthode toute simple pour tisser en rond quand on ne possède pas de métier circulaire.

Pour commencer il vous faut un support… circulaire. Ici j’ai pris un support d’abat-jour.

Première étape: Monter la chaîne

1- Faire un double noeud n’importe où avec le fil de chaîne choisi.
montage chaine circulaire deerjane

2- Tirer le fil à l’opposé sur le cercle. Vous venez de séparer votre support en deux parties virtuelles: gauche droite.
Astuce > Vous pouvez passer deux fois autour du support si votre fil bouge.

circular loom

3- Revenir vers votre première attache de fil de chaîne. Là où vous avez commencé par un double noeud et passez dans la partie droite de votre support pour faire le tour.
Puis tirez de nouveau le fil sur la partie opposée et faites le tour sur la partie gauche. Alternez ainsi partie gauche et droite lorsque vous passez votre fil.

circular weaving

Petit à petit une étoile va se créer. Une fois arrivé à la fin, nouez votre bout de chaîne à votre double noeud de départ.
Astuce > Il vous faut un nombre impair de fils de chaîne pour que votre tissage se contrarie naturellement. Ainsi vous passerez par dessus, par dessous en tournant en spirale.

Sur la photo il y a 17 pointes à mon étoile.
4- Couper les bouts de fils restants.

 tissage circulaire

5- Prendre un bout de fil. Le même que le fil de chaîne.
Passez le autour du point central pour solidifier votre chaîne et resserrer le centre du tissage.

6- Avec une aiguille, rentrer les fils qui dépassent au centre en tissant avec le point de base.
Le point se travaille sur un tissage circulaire comme sur un tissage rectangulaire. Un coup au dessus du fil de chaîne, un coup en dessous.
Faites attention à bien contrarier votre travail.

tissage deerjane

Votre tissage circulaire est prêt à être tissé.

montage chaine tissage rond

|Technique tissage | la technique du calmar

En retravaillant le site, je suis tombée par hasard sur cet article que j’avais oublié d’éditer. C’est l’occasion avant de changer d’année, il date d’août 2015 et faisait part d’une technique facile à mettre en place pour donner du relief à son tissage.
Back to the futur…

 

J’aime beaucoup essayer de nouvelles choses, je teste, je rate, ou le résultat ne donne pas quelque chose que j’apprécie. Ce n’est pas grave, je partage aussi sur instagram des essais, des tissages que je ne finis pas car ils ne m’inspirent plus en cours de route, sans le signaler, c’est amusant de voir parfois qu’ils sont quand même aimés. Puis, parfois, le résultat est plus heureux

Il y a une technique que j’aime beaucoup pour sa texture. Une technique simple et efficace pour apporter du relief: la technique du calmar.

Pour la petite histoire, je roule mes franges lorsque je tisse pour ne pas m’emmêler dedans. Souvent, en faisant cela, j’ai eu envie de les laisser telles quelles. Mais je défaisais mon rouleau puisque l’idée de base était autre, toujours en me disant qu’un jour, je laisserai mes rouleaux de calmar sans y toucher.

Calmar ?! Mais si voyons ! Vous ne trouvez pas que ça ressemble un peu à des calmars, un encornet ou autre seiche ? Voilà pourquoi je l’appelle ainsi, même si on m’a fait remarquer que ça ressemblait à des cornes de licorne. Moins glamour, certes. 🙂

La recette:
– Faire des franges longues* sur son tissage.
– Rouler le “paquet” de franges. **
– Tenir la “queue” par un élastique, une ficelle ou entourer avec un brin de laine.
– Le laisser libre ou le coudre au tissage pour qu’il ne bouge pas.

* Pour réussir un joli calmar il faut prévoir des franges très longues, quitte à les couper ensuite, pour qu’elles se prennent bien dans le tourbillon et ne s’en échappent pas.

** Vous pouvez rouler, soit vers l’intérieur, soit vers l’extérieur. Essayez ! Vous verrez que l’effet et la texture du calmar change légèrement.

> Je vous conseille de rouler en serrant bien car une fois noué, le calmar se relâche un peu.
> Idée: en mêlant plusieurs couleurs dans vos franges, cela donne un effet un peu arc-en-ciel.
> Vous pouvez faire partir le calmar n’importe où sur le tissage et lui donner le sens que vous voulez. Tout est question des dispositions de vos franges.

Sur un tissage monochrome cela donne tout de suite du relief.

weaving/ DeerJane

Minimaliste et efficace.

weaving by Deerjane

> Vous pouvez “tresser” la queue, cela donne en quelques coups un autre effet de texture.

Si vous me suivez ici, vous les aviez déjà aperçus il y a quelques mois.

Cette technique existe sûrement déjà mais j’ai eu la satisfaction de la découvrir seule avec mes franges. Si quelqu’un connait le vrai nom de cette technique je serai ravie de l’apprendre.

|Technique Tissage | Tisser sans métier

Au-delà de la simple décoration, le tissage peut aussi être pratiqué sous forme d’installation se rapprochant d’une forme d’art contemporain. Il y a des tisseuses très inspirantes. Je vous invite à voir le travail de Meghan Shimek qui ne se contente pas de tisser en grand, mais fabrique d’énormes tissages qui donnent envie de s’insérer dedans. Même si cette technique est différente c’est elle qui m’a inspirée ce pas à pas de tissage effectué sans métier à tisser.

Tisser sans métier peut s’avérer parfois pratique.
Il s’agit d’une méthode très simple, nécessitant le minimum de matériel qui conviendra à tout débutant.

matériel tisser sans métier

Dans mon panier:
– une baguette de bois
– de la laine mèche *
– des ciseaux

* Il est possible de le réaliser avec de la laine plus fine mais dans ce cas, autant le faire avec un métier à tisser. Cette technique fonctionne surtout avec de gros fils.

La recette:

1- Couper les brins de laine de la même longueur. Pour ma part, j’ai utilisé 16 brins couleur ivoire et 2 brins gris.

DeerJane

2- Nouer chaque brin côte à côte sur le support en bois. Il faut faire une boucle, passer les extrémités du brin à l’intérieur et resserrer le noeud avec les doigts. Votre chaîne est ainsi montée.

monter la chaîne by DeerJane

3- Voici le moment du tissage. Nous allons utiliser le point de base, le point le plus simple du tissage. Pour cela, il suffit de lever un brin sur deux – par exemple tous les brins pairs – puis de passer le fil de trame sur la largeur du tissage. Un petit rappel du vocabulaire ici.

Tisser sans métier by DeerJane

4- Rabaisser les brins levés sur le fil de trame, puis relever un brin sur deux en contrariant le travail précédent. Si vous avez levé les brins pairs, il faudra lever les brins impairs. De nouveau, passer le fil de trame sur la largeur du tissage et rabaisser les brins levés.

no loom weaving/ DeerJane

5- Continuer ainsi jusqu’à obtenir la longueur souhaitée.

Tisser sans métier/ DeerJane

6- Une fois le tissage fini, rajouter des franges pour obtenir un effet plus dense sur la partie basse. Il faut nouer le brin qui servira de frange autour de deux brins de fil de chaîne. Comme précédemment, il faut faire une boucle et glisser à l’intérieur les deux extrémités du brin de frange. Pour que le tissage ne bouge pas, nouer ensuite les deux brins de trame ensemble pour bloquer le noeud.

Nouer les franges/ DeerJane

7- Retourner le tissage, à l’aide de vos doigts rentrer les fils dans l’ouvrage de manière horizontale.

rentrer les fils/ DeerJane

Votre premier tissage sans métier est prêt.

weaving by DeerJane

Plutôt facile à réaliser pour un très beau rendu !

1 2 3