Celui qui voit

L’œil qui voit, qui te regarde et qui observe. Celui qui lit, pense et réfléchit. L’œil plein de joie ou vide d’ennui. L’œil qui pleure, lasse, fatigué, celui qui vieillit. Déprimé. L’œil qui rit, brille, rempli d’envies. De vie. L’œil qui aime et qui materne. L’oeil qui donne. L’œil qui s’amuse, qui imagine et crée. L’œil qui explore, voyage et apprend. Celui qui sait, juge. Celui qui se ferme et oubli. L’œil apaisé. Je suis l’œil. 👁

Je crois qu’il est tout cela à la fois. 

eye weaving by DeerJane

C’est une idée qui a pu naître au fur et à mesure de mes expériences de découpe laser. Cela me laisse une grande marge de folie pour créer des cadres à tisser originaux.

Pour faire plaisir à ma fille, j’avais déjà exploré l’éclair que vous pouvez revoir ici .


Cette fois, j’ai eu envie d’aborder l’objet comme un talisman. Un gri-gri qui nous suit.
L’oeil est vecteur de beaucoup de thèmes dans la culture générale et chacun peut y voir ce qu’il a envie. Il peut même avoir ce petit côté effrayant, de celui qui surveille ou espionne, et nous mettre mal à l’aise.

L’oeil et l’âme, l’oeil miroir. L’oeil au travers duquel on se voit.

Avec cet oeil sur les murs de sa maison, c’est le “chez soi” qui prend vie. Devenue entitée organique, elle observe nos passages, nos instants de vies et imprime les souvenirs dans ses fondations.
La maison nous accompagne comme un refuge, un lieu de quiétude, elle nous suit, elle nous voit.

texture tissage oeil | DeerJane

J’aime beaucoup le rendu des cils et de la densité de la fibre de coton qui se défait petit à petit. Il y a quelque chose de doux et organique à la regarder évoluer au fil du temps.

oeil tissé par DeerJane

Il me captive. 👁
Je lui trouve un côté hypnotique. .
Le résultat me plaît vraiment. 
La folie de ses cils, l’étrangeté de son iris qui donne vraiment ce petit sentiment transperçant de nous regarder, de nous observer… de nous voir.

détail tissage oeil/ DeerJane

iris et pupille - tissage | DeerJane

Se fabriquer une aiguille pour tisser

Vous est-il déjà arrivé de chercher une aiguille dans une botte de foin ? Et de ne jamais mettre la main dessus ?

C’est un peu ce qui m’est arrivé dernièrement alors que j’avais besoin de broder sur un tissage pour faire des finitions.

C’est totalement une astuce “Mc Gyver” qui aide bien en dernier recours.

  • un cure-dent
  • du masking tape

Faut-il réellement décrire les étapes de cette astuce ?

Allez, un petit bout de masking tape pour tenir la fibre sur le cure-dent et voilà…

Il ne reste plus qu’à passer son brin au travers du tissage.

DIY aiguille

Comme quoi, parfois, les choses les plus simples sont bien utiles.

Cadeau tissé

Chaque année arrive la période des fêtes et son rituel des cadeaux qu’on enveloppe avec soin. Le plaisir d’offrir, le plaisir de dissimuler… 

Chez nous, en général, on fait dans l’utilitaire, ce qui laisse peu de place à la surprise, mais c’est efficace, jamais perdu, toujours attendu patiemment. Du coup, les paquets ont leur importance, ils sont personnalisés. Un peu de papier kraft, un ruban, une étiquette dessinée… et pourquoi pas un cadeau tissé ?

Niveau matériel, c’est assez simple:
– Un cadeau emballé
– toutes ce que vous pouvez recycler: fibres, bandes de tissus, cordelettes…

Ici, j’ai récupéré des fibres aux tons neutres, mais il est possible de varier les couleurs, les matières, de faire des franges ou de rajouter des perles … 



1- Enrouler la cordelette tout autour de votre cadeau en coinçant le bout derrière le paquet.
Il faut que le nombre de tour soit pair pour faciliter le tissage. Ici 6 tours.

2- Faire un noeud sur la partie arrière du paquet tout autour des cordelettes. Serrer et couper les bouts restants.

3- Commencer par faire un noeud avec la fibre de votre choix autour de la première cordelette, rentrer le bout de fibre qui dépasse en le tissant entre les cordelettes puis commencer à tisser.

Pour la méthode de tissage rendez-vous sur la technique du point de base.

4- Pour finir le tissage, faire un noeud avec la fin de votre fibre et tisser le bout restant entre deux rangs. Serrer bien votre tissage avec vos doigts.
5- Couper les bouts qui dépassent et les rentrer à l’arrière du tissage.

Votre cadeau tissé est fin prêt à être offert !


Cordon de laine

Vous vous souvenez des atébas (j’ai appris seulement il y a 4 ans qu’on les nommait ainsi…) ? Ces mèches de cheveux entourées de laine qu’on portait quand on était petites ? Aujourd’hui, je vous propose un principe similaire pour décorer le mur d’un salon, d’une chambre ou enrichir un tissage en lui donnant relief, texture et couleurs.

Vous pouvez en voir régulièrement sur le travail de Maryanne Moodie ou Mandismoothhills par exemple et j’avais déjà exploré la technique sur de tous petits formats, toujours avec la petite touche de fluo qui me tient à coeur en ce moment, en trouvant des rendus tous plus fous les uns que les autres.

Tout d’abord il faut trouver autour de quoi enrouler sa laine ou ses fils coton.

Mon choix se porte sur les brins d’une cordelette défaite. J’aime beaucoup le rendu ondulé que garde la fibre une fois déroulée.

1 – Nouez un brin de laine, de la couleur de votre choix (ici laine noire), autour de votre paquet de cordelettes. Un noeud simple fera l’affaire, puis commencez à enrouler le brin de laine tout autour des cordelettes en serrant bien.

> > Pour un meilleur rendu, je coince le bout de laine restant sous l’enroulade ( c’est le terme que j’ai inventé pour cette technique ! ) . Il deviendra invisible une fois recouvert entièrement.

2- Pour changer de couleur, faites de nouveau un noeud simple que vous bloquerez en enroulant le nouveau brin.

Vous pouvez, comme pour le jersey en tricot, laisser courir l’ancien brin sous votre enroulade. Cela permet de récupérer la couleur plus tard sans avoir à faire de nouveau noeud. Au fur et à mesure, vous pouvez laissez courir plusieurs brins des différentes fibres choisies sous l’enroulade que vous récupèrerez au besoin.

> > Pensez à bien serrer votre enroulade pour ne pas laisser paraitre les brins d’en dessous.

> > Si la méthode est compliquée, coupez à chaque fois la fibre une fois l’enroulade finie puis nouez votre nouveau brin en recouvrant le bout restant de l’ancienne fibre. Recommencez à chaque nouvelle fibre.
A vous de voir ce qui vous met le plus à l’aise !

3- Continuez en alternant, les fibres, les couleurs, les textures. Pensez, toujours, à bien tasser votre enroulade et a bien la serrer. C’est le secret pour que votre ver de laine tienne bien lorsque vous le manipulerez.

4- Une fois la taille du cordon de laine souhaitée atteinte, faites un dernier noeud et rentrez, à l’aide d’une aiguille, le bout du brin restant sous quelques rangs d’enroulade pour le dissimuler. Coupez au raz.

Votre cordon est prêt !

tissage/ deer jane

cordon laine by DeerJane

Il ne reste plus qu’à laisser le cordon tel quel sur un mur, enrouler sur lui-même pour écrire un mot ou le coudre sur un tissage. A vous de choisir !

Sur ce YOLO !

YOLO by deerjane

1 2 3 7