Anatomie d’un métier à tisser

Lorsque j’ai débuté, j’ai regardé pas mal de vidéos sur youtube pour apprendre les points et d’autres choses. Plus tard, j’ai eu envie d’approfondir encore un peu. Je me suis lancée dans la lecture du livre de Rachel Hine « tapestry for beginners » et parce que j’adore son travail (comme à peu près tout le monde hein ! ) je m’étais offert le « beginner’s weaving companion » de Maryanne Moodie. Ils sont en anglais et parfois certaines choses m’ont échappée. La plupart de mes recherches aboutissent toujours à des documents en anglais et je ne trouve rien en français.

Bien sûr, vous pouvez faire votre propre chemin d’apprentissage dans le tissage, mais c’est l’occasion pour moi de rassembler les bases pour que celles et ceux qui souhaiteraient se lancer puissent avoir un lieu où chercher et trouver des solutions.

Je commence donc, tout simplement, par une leçon d’anatomie du matériel pour tisser.

Sur la photo, il s’agit d’un tout petit modèle, il en existe des plus grands, mais pour débuter, je conseille un petit métier histoire de faire son expérience. (Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans l’achat d’un métier, aussi petit soit-il, vous pouvez commencer avec « la méthode du carton ». C’est comme ça que j’ai fait mon premier tissage, après avoir vu une vidéo (toujours en anglais !), ici vous trouverez un tuto en français.)
J’aime beaucoup les petits métiers pour tester des points ou laisser mes mains vagabonder librement sur le métier à la manière de l’écriture automatique des surréalistes.

Tout d’abord, voici le matériel dont vous aurez besoin.

Anatomy of a loom/ DeerJane

Métier à tisser: Il s’agit du cadre en bois muni d’encoches (ou de clous…) pour passer le fil de chaîne qui servira de base au tissage. Il peut être dans d’autres matières, mais il faut qu’il soit rigide pour supporter la tension du fil de chaîne.

Laine: Je mets « laine », mais on tisse ce que l’ont veut. Tissu, soie, laine, tricotin, corde, jean, tulle, coton, ruban… mais aussi écorce de bois (vous pouvez voir ici un tissage fait avec de l’écorce d’eucalyptus que j’ai fait cet été) Une matière vous plait ? Pourquoi ne pas la découper et l’insérer dans un tissage

Ciseaux: oui, c’est quand même pratique. En cas de coup dur, un coupe ongle, ou même les dents mais bon…

Navette: C’est un outil long avec des encoches aux bouts pour pouvoir enrouler la matière à tisser. C’est assez pratique et il existe différentes manières d’enrouler son fil dessus. Je vous montrerai plus tard. Les navettes ont le même intérêt que les « papillons » ou les « bobines ».

Aiguille: Une aiguille à laine, c’est parfait pour les petits motifs ou pour le travail plus fin. C’est aussi très pratique pour rentrer les fils pour avoir de belles finitions.

Peigne: En bois, en plastique… il sert à pousser le fil de trame sur le tissage pour bien le serrer.

Peigne envergeur: J’ai mis plusieurs modèles sur la photos (1-2-3) qui viennent de mes différents métiers. Cet outil sert à soulever plusieurs fils de chaîne – en général, un fil sur deux – pour simplifier le passage du fil de trame avec la navette. Il n’est pas obligatoire de les utiliser, c’est une question de préférence. C’est assez pratique quand il n’y a pas de motif. Sur la photo, vous pouvez voir en 3. juste un bout de bois que je passe par dessus par dessous. Il a la même utilité: soulever en même temps plusieurs fils de chaîne pour faciliter le passage.

Maintenant, approchons nous un peu du métier à tisser pour détailler son anatomie.

anatomy of a loom/ DeerJane

Chaîne: C’est le fil qui sert de support au tissage. Il est vertical. Le fil de chaîne se monte sur le métier à tisser, parallèles les uns aux autres.

Trame: Le fil de trame est ce qui va donner le « visuel » du tissage, il va créer les motifs et la texture de la tapisserie. C’est le fil horizontal.

Papillon: Un joli nom pour une manière toute simple de nouer son fil lorsqu’il est long. Cela facilite le passage du fil de trame entre le fil de chaîne. Les papillons ont la même utilité que les navettes ou l’aiguille à laine ou à tapisserie.

Arc-en-ciel: (ou pont) Une méthode toute simple pour garder la même tension dans le tissage et ne pas trop serrer son fil de trame au fur et à mesure.

Voilà une bonne base de vocabulaire qui servira par la suite. J’espère que cela vous a été utile !

loom by DeerJane

>>> Prochainement: les points de base.

Related Posts
18 Comments
  • Annie Noël
    Reply

    Comment tisser un châle avec un cadre en bois triangulaire comment faire la trame d avance merci

    • DeerJane
      Reply

      Bonjour,
      Je n’ai jamais utilisé ce genre de métier, auriez vous un modèle précis ?
      Pour la chaîne, tous vos fils doivent être parallèles et s’il s’agit d’un métier en forme de cadre cela devrait se monter comme sur un métier rectangulaire.
      Pour la trame, il faut toujours passer une fois au dessus, une fois en dessous.
      Je suis désolée de ne pouvoir vous aider plus. 🙂

  • Reply

    […] Monter la chaîne. > La seule petite difficulté est de monter la chaîne de manière […]

  • Reply

    […] Passer le fil de trame, en point de base, sur toute la longueur pour faire une rangée de […]

  • Reply

    […] pour nouer les fils de chaîne deux par deux à la fin. Fil de chaîne ? Un coup d’oeil sur le vocabulaire du tissage et le tour est […]

  • Reply

    […] 3- Voici le moment du tissage. Pour cela, il suffit de lever un brin sur deux – par exemple tous les brins pairs – puis de passer le fil de trame sur la largeur du tissage. Un petit rappel du vocabulaire ici. […]

  • Reply

    […] Il faut au préalable avoir monté sa chaîne sur le métier. Si ces mots sont farfelus, jetez un oeil sur l’anatomie du métier à tisser. […]

  • Reply

    Merci pour ces explications qui permettent de comprendre ce qu’est un métier à tisser. J’ai envie de m’y remettre. Bonne continuation

  • Minouche
    Reply

    Bonjour, merci pour votre article c’est très intéressant. Je viens d’avoir un métier à tisser de chez buti….. et il faut que je me lance. Il y a un peigne envergueur, mais je pense que dans un premier temps je vais m’en passer…. je dois être stupide mais pas moyen que l’ensemble soit droit…il y a plus de « trous » dans le peigne que d’encoches sur le cadre…du coup je vais attendre un peu, histoire de me renseigner et de comprendre. Merci encore

    • DeerJane
      Reply

      Bonjour et merci !:)
      Ha oui ca peut impressionner un peu au début. Tu as un peigne en bois avec encoches ou un en plastique avec des grandes et des petites fentes alternées ?

  • Reply

    […] Pour faire un point simple en tissage, à l’aller, on passe une fois au dessus du fil de chaîne puis une fois en dessous et ainsi de suite jusqu’au bout. Ensuite, pour le retour, on inverse l’ordre. On passe sous le fil de chaîne (si à l’aller on était passer au dessus) puis dessus jusqu’à revenir au départ. Ça, c’est la base. Le plus simple. Pour le vocabulaire vous pouvez jeter ou re-jeter un oeil sur l’anatomie d’un métier à tisser. […]

  • Reply

    […] Pour que le tissage tienne, il est préférable de tisser un brin de laine au départ, pour maintenir la chaîne correctement. ( Pour le vocabulaire, vous pouvez lire ou relire l’anatomie d’un métier à tisser) […]

  • Reply

    […] la navette, tisser en passant un coup au dessus, un coup en dessous de chaque fil de chaîne (voir « Anatomie d’un métier à tisser ») 7. Une fois passé toute la navette, faire demi tour emais cette fois-ci en passant un coup en […]

  • Caroline VM
    Reply

    Bonjour,
    Je viens de tomber sur votre blog lors de mes recherches sur des tisserands à Nantes.
    J’ai moi-même commencé à faire des tissages il y a quelques semaines.
    Je connaissais déjà la technique du carton ( que j’ai appris en cours ) mais j’ai préféré me faire quelque chose de plus solide donc j’ai fait mon cadre à tisser sur une vieille chaise en bois. haha
    J’apprécierais grandement à voir quelques unes de vos adresses pour acheter les cadres à tisser avec le matériel car je tisse avec une grande aiguille spécial cuir, et mon peigne est en réalité un vrai peigne. Il est vrai que pour l’instant cela me suffit mais je ne me vois pas continuer encore très longtemps dans ses conditions ( une chaise en bois c’est pas toujours très pratique).
    Je vous remercie pour cet article, en attendant les prochains « cours ». 🙂

    • DeerJane
      Reply

      Vous trouverez pas mal de métiers de métiers différents sur le site buttinette. Mais les cadres maisons sont très bien aussi surtout passé une certaine taille. Plus ils sont grands, plus ils sont chers, et ça peut valoir le coup de le faire soit même. Ou même un simple cadre avec des clous.
      Pour les peignes, je préfère aussi les vrais peignes. Le mien est un peigne spécial cheveux très frisés. Vous pouvez chiner en brocante de beaux objets parfois, avec un peu de chance. 🙂

  • Reply

    Merci de clarifier ce qui pour moi est encore un étrange matériel.

Leave Your Comment

*